PERLE DALLA RETE – ‘VENT D’OUEST’ cortometraggio inedito di JEAN-LUC GODARD sulla ZAD

 

10 maggio 2018

 

Il 23 aprile, LundiMatin aveva pubblicato una lettera aperta di un gruppo di registi nella quale si chiedeva a Jean-Luc Godard – ricordandogli il suo passato sovversivo – di portare al Festival del Cinema di Cannes la questione relativa all’occupazione della  ZAD di Notre Dame des Landes da parte degli studenti, al motto di:

“ZAD TO CANNES E BLOCUS DEL PALAZZO!”

L’autore francese, ora ottantasettenne, ha accolto l’appello. Sensibile all’attuale situazione politica e al ricordo dei propri impegni giovanili, ha lavorato per realizzare – in tempo per l’apertura di Cannes71 – un cortometraggio di 5 minuti sulla ZAD e sullo stato del mondo.

Ve lo proponiamo qui:

 

“Autrefois, il n’y avait que des cinéastes. On ne parlait pas de techniciens. Méliès, Thalberg, Grémillon. Les mains des monteuses soviétiques, comme celles des ouvrières de la Rhodia, disaient l’exception partout où l’on aménageait la règle.
Vinci, Darty.
Aujourd’hui, c’est le règne des techniciens. Techniciens de grande surface, de télé mobile, techniciens de l’audiovisuel, de la gendarmerie.
Le cinéma s’est niché dans chaque arcane du capitalisme. La technique a pris le pas sur le geste. Et l’humain a déserté l’œil de celui qui regarde.
Ceux qui croient à la technique la disent objective, là où elle n’est qu’objectif.
Objectif de sécurité, de surveillance, de peur, de mort.
Et la mort, pour ne pas avoir trop peur, a substitué à son propre silence non pas un son d’outre-tombe, mais d’outre-vie.
Le son latent de l’agonie, celui du capitalisme, de la catastrophe permanente.
L’industrie et ses machines ont toujours généré leur propre musique. Des images et des sons émis par la vie, et comme subtilisés, retransmis par une agonie et destinés à la mort, aux structures de la mort.
Et dans ces structures de béton, fleurit toujours dans les interstices, là où l’humidité subsiste encore, cette herbe que l’on dit invasive lorsqu’elle ne fait que nous protéger de l’érosion, et c’est le Gourbi, le Far West, les 100 Noms.
Inverser la trajectoire, revenir à la vie depuis la mort, supprimer l’agonie.
Supprimer l’agonie.”

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione /  Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione /  Modifica )

Connessione a %s...